Published On: Sat, Aug 6th, 2016

Serge Clair : «Cette épidémie est un désastre pour l’économie de l’île»

 

Serge Clair : «Cette épidémie est un désastre pour l'économie de l'île»L’Assemblée régionale de Rodrigues, présidée par le chef commissaire Serge Clair, s’est réuni d’urgence hier, vendredi 5 aout, matin pour passer en revue la situation de la fièvre aphteuse, qui sévit actuellement sur l’île.

« Cette épidémie de fièvre aphteuse est un véritable désastre pour Rodrigues. Le bureau de la commission de l’Agriculture est en train de prendre toutes les dispositions nécessaires afin d’éradiquer le virus. Nous demandons vivement au public, en particulier à la communauté des éleveurs, d’écouter et de suivre les conseils et les mesures de précautions que le vétérinaire donne à ce propos. Les autorités locales comptent sur leur collaboration », a déclaré le chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues après la réunion du conseil exécutif.

À ce jour, 313 cas de contagion de fièvre aphteuse ont été officiellement rapportés aux services vétérinaires. Dix bœufs, 13 porcs, 11 cabris et deux moutons ont déjà succombé de cette maladie.

De plus, une des premières mesures annoncées a été le barème de compensation à être versée aux éleveurs, dont les bêtes devront être abattues pour cause de contagion à la fièvre aphteuse, soit : Rs 7 000 pour un bœuf de moins d’un an; Rs 15 000 pour un bœuf entre un et deux ans; Rs 20 000 pour une vache de plus de deux ans; Rs 35 000 pour un bœuf de plus de deux ans; Rs 2 000 pour un jeune mouton ou cabri; Rs 4 500 pour une brebis adulte; Rs 6 000 pour un mouton ou cabri adulte; Rs 1 500 pour un jeune porc; Rs 3 300 pour un porc pesant entre 35 et 60 kilos; Rs 5 000 pour un porc de plus de 60 kilos et Rs 7 500 pour une “pregnant sow”. Cependant, cette compensation ne serait pas au goût de tous éleveurs selon les informations recueillies.

Une autre mesure prise, est une campagne de vaccination et quelque 60 000 vaccins seront commandés sous l’Emergency Procurement. Le mot d’ordre actuel des autorités est que toute bête présentant des symptômes de fièvre aphteuse soit abattue et que les membres de la communauté des éleveurs suivent à la lettre les consignes des services vétérinaires pour éradiquer le virus en attendant l’élaboration d’un plan d’aide à la relance de l’élevage.