Published On: Mon, Aug 1st, 2016

Géralda Nandoo, soupçonnée d’avoir commandité une autre agression

 

Géralda Nandoo, soupçonnée d'avoir commandité une autre agressionElle a été arrêtée dans le cadre de l’enquête sur la mort de son mari, Anwar Nandoo et se retrouve désormais être soupçonnée d’avoir commandité une autre agression. En effet, l’épouse d’Anwar Nandoo, Géralda Nandoo est soupçonnée d’avoir orchestré une autre agression, soit celle de son ancien compagnon, un dénommé Frédérick. Et c’est nul autre que Saminaden Vyapooree, présumé meurtrier d’Anwar Mohammad Nandoo, qui a accusé cette dernière durant sa seconde déposition qu’il a donné aux limiers de la Major Crimes Investigation Team.

Dans sa déclaration, Saminaden Vyapooree a avancé aux enquêteurs que Géralda Nandoo, lui avait demandé, l’année dernière, d’agresser un dénommé Frédérick, son compagnon de l’époque, pour qu’elle touche une prime d’assurance. Et c’est ce qu’aurait fait Saminaden Vyapooree le 30 juin 2015, en l’absence de Géralda Nandoo. « Mais ce dernier n’a jamais dit à la police que je l’avais agressé », a souligné Saminanden Vyapooree. Le dénommé Frédèrick avait été hospitalisé pendant plusieurs jours à l’unité des soins intensifs mais étant toujours souffrant en début d’année, ce dernier a rendu l’âme le 13 janvier dernier. L’autopsie faite sur le défunt a attribué le décès à un œdème cérébral, concluant qu’il n’y avait pas eu de foul play. Et après le décès de son ex-compagnon, Géralda Nandoo avait perçu Rs 150 000 comme prime d’assurance.

Cependant, Géralda Nandoo n’a pas encore été interrogée dans le cadre du décès du dénommé Frédérick. Pour rappel cette dernière a été arrêtée le 18 juillet car elle est soupçonnée d’avoir donné l’ordre de tuer de son époux Anwar Nandoo, dont le corps sans vie a été retrouvé à son domicile, à Eau-Coulée le lundi 11 juillet. L’autopsie a attribué le décès à une fracture du crâne et à une hémorragie intracrânienne. Si elle maintient que son amant Saminaden Vyapooree a, dans un accès de jalousie, voulu donner une correction à son défunt mari, le présumé meurtrier lui avance que c’est sur l’ordre de cette dernière qu’il l’aurait fait.

L’enquête suit toujours son cours et est menée par le chef inspecteur Goolaup, placée sous la supervision de l’ASP Gérard.