Published On: Fri, Jul 15th, 2016

Attentat en France : Un 14 juillet meurtrier à Nice

La France a été une nouvelle fois la cible d’une attaque. Cette fois-ci, c’est la ville de Nice qui a été touchée le jour même de la fête nationale française. Un bilan provisoire de cette attaque fait déjà état de 84 morts et 18 blessés sont en état d’urgence.

L’attaque s’est produite jeudi soir sur la Promenade des Anglais de Nice. Quelques minutes après la fin du feu d’artifices du 14 juillet, vers 23H00, un camion blanc a foncé à toute vitesse dans la foule, suscitant un mouvement de panique au milieu des touristes et des Niçois qui rentraient chez eux. Le conducteur du camion a tiré à plusieurs reprises avec un pistolet avant d’être abattu par la police, selon des sources proches des enquêteurs. «Au moment où il a été abattu par les policiers, il avait fait feu plusieurs fois», a souligné ce vendredi le premier adjoint LR de la ville de Nice et président de la région Paca, Christian Estrosi.

Devant le Palais de la Méditerranée, le camion blanc, dont le conducteur a été abattu, était immobilisé, quelques heures après l’attaque, les pneus crevés, la porte passager criblée d’impacts de balles, a relaté l’agence de presse l’AFP. “Des armes lourdes” ont été retrouvées dans le camion, selon Christian Estrosi, président du conseil régional PACA.

Si pour l’heure aucune revendication n’a été faite, François Hollande a néanmoins évoqué un acte « dont le caractère terroriste ne peut être nié ». «C’est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste », a affirmé le chef de l’Etat lors d’une allocution télévisée prononcée en pleine nuit depuis le palais de l’Elysée et cela même si l’attentat n’a pas encore été revendiqué. Au cours de cette intervention, le président de la République a annoncé la prolongation de trois mois de l’état d’urgence, qui devait s’achever le 26 juillet prochain. De même, il a annoncé qu’il ferait appel à la réserve opérationnelle, c’est-à-dire à tous ceux qui à un moment ont été sous les drapeaux ou dans les effectifs de la gendarmerie pour venir soulager les effectifs de policiers et de gendarmes
.
Le parquet antiterroriste s’est saisi de l’enquête et le conducteur serait un Niçois franco-tunisien de 31 ans, selon une source « proche de l’enquête », a indiqué l’AFP. Et fatalement, l’ombre de Daesh plane sur la tragédie.