Published On: Mon, Dec 14th, 2015

Nandanee Soornack avoue être la mère de l’enfant de Ramgoolam

NandaneeNandanee Soornack tente tant bien que mal de faire en sorte qu’elle ne soit pas déportée. La femme d’affaires qui est en Italie a déclaré qu’elle a été la maîtresse de Navin Ramgoolam et que de cette liaison est née une fille. Selon elle, si elle rentre au pays, il se peut que cette enfant soit persécutée.

C’est devant la cour d’appel de Bologne qu’elle a déclaré avoir été la maitresse de l’ex PM. Pour rappel, elle avait été arrêtée à Parme suite à une demande des autorités Mauriciennes. La CCID voudrait en effet interroger l’ex-patronne d’Airway Coffee sur des affaires portant sur le blanchiment d’argent ainsi que trafic d’influence. Nandanee Soornack a laissé entendre dans une copie d’un procès-verbal retransmis aux autorités Mauriciennes, que sa fille serait la seule enfant de Ramgoolam et, de ce fait, l’unique héritière de la dynastie Ramgoolam. Devant la cour de Bologne, elle a souligné qu’elle est une activiste de droit de l’homme et elle était active au sein du Parti travailliste (PTr).

Elle avance que les accusations portées contre elle sont fausses et ces charges ont été portées contre elle car on veut se venger d’elle. C’est une vendetta politique, a-t-elle affirmé. Selon elle, on veut faire du mal à l’Ex-PM à travers elle, car elle est la mère de son enfant. Elle se demande si les droits de son enfant seraient respectés si jamais, elle est déportée. Elle n’hésite pas non plus à citer allègrement un rapport du département d’État américain datant de 2012 et un jugement de la Cour européenne des droits humains il y a deux ans, quant aux lourdes peines de prison « imposées » à Maurice.

Le cas de Soornack a été appelé devant cette cour à cause du fait que la CCID souhaite la déporter sous une charge provisoire de corruption. En Italie, un tel délit est passible de 10 ans de prison. Cette instance doit donc établir si la peine qu’elle encourt à Maurice est la même que celle prévue en Italie et si sa mise en détention va garantir le respect de sa dignité.  L’affaire sera de nouveau appelée le 26 janvier 2016. La cour espère avoir des précisions du bureau de l’Attorney General afin de garantir le respect de ses droits.