Published On: Fri, Oct 30th, 2015

Good Governance and Integrity Reporting Bill : “une loi pour promouvoir l’égalité” selon Roshi Bhadain

Good Governance and Integrity Reporting Bill : "une loi pour promouvoir l'égalité" selon Roshi Bhadain

Le ministre de la bonne gouvernance, qui avait rassemblé un panel d’invités à la salle de conférences BPML hier, a expliqué pourquoi le gouvernement est venu de l’avant avec la Good Governance and Integrity Reporting Bill ainsi qu’avec des amendements à la constitution. Selon Roshi Bhadain, nous avons un débalancement dans notre société, car les personnes qui se sont enrichis de manière malhonnête créent un effet inflationniste lorsqu’ils circulent leur argent et les personnes qui prônent le travail et l’honnêteté sont pénalisés.

Le ministre de la bonne gouvernance et des Services financiers a déclaré que si le pays continue d’avancer avec un tel système, il sera impossible pour le pays de connaître une croissance. C’est là où la Good Governance & Integrity Reporting Bill intervient.

Cette loi interceptera les personnes qui ont mal acquis leurs biens lorsqu’ils tenteront de s’acquérir un bien immobilier, selon Roshi Bhadain. Cette loi changera la mentalité de la population, car ceux ayant acquis leurs argents de manière douteux ne pourront pas utiliser l’argent pour faire des transactions.

Donnant la réplique à ses détracteurs, Roshi Bhadain a déclaré que la Good Governance and Integrity Reporting Bill ne visent aucun individu mais les biens mal acquis, et d’ajouter que ceux qui n’ont rien à se reprocher n’auront rien à craindre. et que ce projet de loi vise à combattre la criminalité en col blanc. Les individus qui seront suspectés auront plusieurs occasions pour expliquer la provenance de leurs argents.

D’abord, l’Interne Reporting Services Agence se chargera de compiler un dossier sur l’individu. Ce rapport sera remis à l’Interne Report Board, qui sera mis en place et présidé par un ex-juge ou un juge du Commonwealth. Cette nouvelle instance décidera sur le cas qui sera rejeté ou référé à la cour suprême uniquement où la personne aura droit à un échange d’affidavit et une HEA ring. Il pourra également faire appel au Privé Concile, s’il estime que ces droits ont été bafoués.

Le ministre a également justifié pourquoi la nomination du président de l’Integrity Report Board ne se fera pas de concert avec le leader de l’opposition. Nous ne voulons pas nous voiler la face, à Maurice, ce système ne sert à rien, il suffit juste de passer un coup de fil pour lui expliquer la situation et les décisions sont prises malgré un désaccord.

Il a également souligné que cette loi ne constitue aucune violation des droits de personne comme l’a indiqué Paul Bérenger, mais il occupera seulement de mener une enquête pour le référé à la justice. Il ajoute que la loi ne concerne pas les délits criminels et que la présomption d’innocence ne sera pas bafouée.